AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carl Gustav JUNG - Dialectique du Moi et de l'inconscient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fred
Myron Bolitar
Myron Bolitar
avatar

Messages : 1394
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Carl Gustav JUNG - Dialectique du Moi et de l'inconscient    Jeu 16 Avr - 14:43


Résumé : Cette œuvre est une des plus importantes de Carl Gustav Jung. Concise, allant à l'essentiel, elle se situe au centre même de la pensée du savant qui, avec Freud, puis par-delà Freud, oriente la vie psychologique et mentale de l'humanité dans des voies nouvelles. Son sujet est la clé de la vie intérieure.Tout le monde nouveau des profondeurs humaines, exploré par Jung, est axé sur un dialogue, ou plus précisément une «dialectique entre le Moi et l'inconscient», dont le Moi a émergé.C.G. Jung montre combien le jeu dynamique entre le Moi et l'inconscient constitue le flux et le reflux fondamental de la vie et combien l'inconscient peut receler de messages essentiels.Aider les êtres à s'y retrouver, et ainsi à se construire eux-mêmes, n'est pas seulement une révolution humaine et médicale. C'est l'aventure qu'à travers toutes les autres l'être recherche depuis toujours.

Mon avis : J’ai adoré ce livre, ce genre de livre de 260 pages tellement riches et pleines d’annotations, de références, qu’au bout de 30 pages de lecture, vous avez l’impression d’en avoir lu une centaine. J’ai eu le sentiment d’être en compagnie d’un médecin de l’âme, un chercheur d’âme, dont le souci est d’aider les individus à trouver l’équilibre entre le Moi et l’inconscient, de les encourager à établir un dialogue entre ces deux pôles qui font l’être, afin qu’ils détectent ce qui se joue dans l’inconscient et se répercute dans le conscient, et inversement, ce qui est source parfois de bien des maux dans nos existences individuelles et collectives. Il y a tout un tas d’abrutis aujourd’hui (et depuis longtemps) qui s’efforcent de briser nos repères, les fondements de nos sociétés, qui tentent de remodeler la nature de l’homme, qui feraient bien de se (re)plonger dans la psyché humaine, qu’ils semblent apparemment nier ou avoir négligée. En coinçant les êtres dans un rationalisme étouffant, omnipotent, qu’on ne s’étonne pas de la régression de l’état mental, moral et psychologique de l’humanité. Les passages du livre sur l’inconscient collectif et ses archétypes sont très éloquents. Les couches les plus profondes de l’inconscient sont pleines d’éléments autonomes ancestraux, naïfs, primitifs, nous vivons avec. Il ne suffit pas, pour rendre l’homme heureux, de se contenter de lui offrir le progrès technique et matériel. Il ne faut pas stériliser le monde que nous ne pouvons percevoir et qui est en nous, et que nous devons apprendre à connaître, car il existe et il agit.

Le but de tout ceci est le développement personnel, et c’est un véritable travail que de ne pas laisser le Moi se faire submerger par l’inconscient (Jung tire des exemples de ce qui arrive dans ces cas-là : folie, introversion exacerbée, dû à des révélations intérieures que le conscient n’est pas en mesure de contrôler) ni le laisser se dissoudre dans la vie extérieure collective, où la persona (le masque que porte l’individu en société, le rôle qu’il joue) risque d’anéantir l’individu dont l’âme sera inexistante, dont le monde intérieur lui sera incompréhensible. Il y a aussi ce phénomène : l’inflation, où le sujet qui aura une révélation, se prendra pour un prophète, un demi-dieu, un sorcier, un gourou, bref, ce genre de personnage dont l’inconscient collectif a parfois besoin, ce qui sera une preuve que sa prise de conscience d’une force inconsciente l’a submergé ; mais lorsque ses nouvelles convictions, ses certitudes, son « pouvoir », ne seront plus adaptés aux exigences réelles du monde extérieur, il se « dégonflera », retombera dans un calme plat et sombrera dans un état psychologique lamentable. Déplacer le centre de gravité de l’inconscient peut s’avérer dangereux. Le Moi ne peut le contrôler. Il doit instaurer cette dialectique à laquelle Jung est attaché, et qui est la recherche de l’équilibre, qui seul peut mener à l’épanouissement et à la découverte de soi.

"Telle est notre situation, notre âme se trouvant enserrée entre les champs d’action importants de l’intérieur et de l’extérieur, et, qu’on le veuille ou non, il faut vaille que vaille satisfaire aux deux. Or, nous ne le pouvons qu’à la mesure de nos capacités individuelles. C’est pourquoi il nous faut méditer non pas « sur ce que l’on devrait », mais sur ce que l’on peut et sur ce que l’on doit."

Je ne fais que résumer que quelques points que j’ai retenus, il y en a bien d’autres, ce livre méritant tout simplement d’être lu par quiconque s’intéresse à ces questions. Le chapitre concernant l’anima (le symbole, archétype, représentation, de la femme dans l’inconscient masculin) et l’animus (la même chose mais pour l’homme dans l’inconscient de la femme) est éblouissant. J’ai beaucoup aimé cette « découverte » : l’homme recherche la Femme dans toutes les femmes ; la femme recherche tous les hommes dans un seul homme. Et c’est ce qui fait que dans leurs relations, ils ont toujours un sentiment d’inachevé, d’insuffisance, d’incomplétude. Là encore Jung nous invite à prendre conscience de notre anima ou de notre animus, dont nous sommes inconsciemment les jouets, afin de les maîtriser et dans la perspective, toujours, d’améliorer le relationnel et sa propre individualité. Je trouve que tout ceci donne des pistes passionnantes à explorer aux hommes et aux femmes. En lisant cette partie, et même le livre dans sa globalité, je me suis demandé comment il était possible que les êtres que nous sommes puissions ignorer toutes ces choses dont il y est question et qui nous concernent si intimement. Très grand livre.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine
Roland
Roland
avatar

Messages : 889
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Carl Gustav JUNG - Dialectique du Moi et de l'inconscient    Dim 19 Avr - 10:18

J'ai jamais eu le temps de me pencher sur Jung, bien que l'idée d'un inconscient collectif ne m'ait jamais trop emballé. Merci Fred, tu m'as donné envie de découvrir Jung Smile
Revenir en haut Aller en bas
fred
Myron Bolitar
Myron Bolitar
avatar

Messages : 1394
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: Carl Gustav JUNG - Dialectique du Moi et de l'inconscient    Lun 20 Avr - 21:03

J'espère que tu le liras. J'aime l'aspect spirituel de Jung, qui ne réduit pas tout aux refoulements sexuels qui obsèdent Freud.Je pense que l'idée d'un inconscient collectif t'emballera quand tu liras Jung. Pour moi il est évident. Le sorcier d'une tribu, voilà un bon exemple de ce que peut-être un des archétypes ancestraux appartenant à l'inconscient collectif (dans ce cas celui de la tribu) et agissant sur celui-ci. Pareil pour le despote qui enthousiasme les foules en réveillant en eux les images les plus fortes de l'inconscient collectif, comme celle du sauveur qui arrive à point pour libérer le peuple, etc. Enfin le mieux, c'est de lire le livre. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carl Gustav JUNG - Dialectique du Moi et de l'inconscient    

Revenir en haut Aller en bas
 
Carl Gustav JUNG - Dialectique du Moi et de l'inconscient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La maladie (Carl Gustav Jung)
» [Bande dessinée] Carl Barks - L'intégrale
» Don Rosa ou Carl Barks ?
» Carl Barks and Mr. Donald
» Legend - Soo Jung Woo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marque ta page ! :: La Bibliothèque :: Essais et autres :: Essais divers-
Sauter vers: