AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fred
Myron Bolitar
Myron Bolitar
avatar

Messages : 1394
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre   Jeu 11 Oct - 2:52


Résumé : Alité, malade (dans le roman) Céline commence à décrire la vie à Sigmaringen, passant d'un château à l'autre sans transition (d'où la syntaxe étrange du titre du roman) : du château symbolique de sa demeure en banlieue parisienne au château de Sigmaringen, abritant le gouvernement de Vichy en exil. Cette deuxième partie du roman laisse place au rêve, à la fantaisie et à la description du grotesque de la vie des réfugiés politiques français. Résidant au Löwen, nourri de Stamgericht (plat écœurant à base de choux rouges et de raves), affecté à Sigmaringen en tant que médecin, Céline décrit les péripéties de la France collaboratrice. Tout y est description du ridicule ambiant : la promenade journalière du maréchal Pétain, toute baignée de protocole, la rigidité des Allemands, les rêves fous des idéalistes ou encore d'artistes espérant encore la victoire de l'Allemagne, les orgies entre militaires, jeunes filles en fleur et réfugiées, la misère humaine due à l'absence de service sanitaire, à la restriction des médicaments et des institutions réduites à des scènes de théâtre ou encore les entreprises vouées à l'échec pour préserver un semblant de dignité...

Mon avis : Un chef-d’oeuvre ! Mon Céline préféré après le Voyage et Mort à crédit. Le contenu de D’un château l’autre est comme dans ses autres romans, frénétique, complètement barré, assemblage de phrases déstructurées, inachevées ; plein de digressions, expressif à un point inimaginable, mais beaucoup moins difficile à lire que Féerie, Normance, et peut-être aussi Guignol’s Band. Il se démarque beaucoup de ces derniers, du fait des sujets évoqués, de la période de l’Histoire abordée (et des personnages, grandes figures historiques) qui le tendent vers un côté plus classique, plus « grand publique ». Pour ça que je le classe aux côtés du Voyage, parce que D’un château l’autre ressemble un peu plus à un roman, et un roman d’une très grande portée ! La richesse du langage, son écoulement incroyablement complexe sous ses apparences simples, plein de détours, retours, raccourcis, la culture historique de Céline, sa vision des hommes et du monde, son sens géniale de l’hallucination et des descriptions, drôles et imprégnées de vie, les aphorismes qu’il balance à la pelle, son humour décapant, son expérience de la guerre et de la médecine, son côté pamphlétaire et hautement provocateur, voire complètement déplacé, son franc-parler… tout ressort dans ce roman, où seuls les enfants, les animaux et les souffrants semblent trouver grâce aux yeux de l’écrivain. Les autres, hommes et femmes, misérables ou puissants, y compris l’intelligentsia de son époque (les Sartre, Mauriac, Aragon et d’autres) se font joyeusement dynamiter, très méchamment déboulonner. Et puis j’ai beaucoup aimé l’évocation de sa chienne Betty, qui tient sur quatre pages et demie, comme elle était belle et brave, et comme elle a souffert elle aussi de la faim durant les années d’exil. Ces quelques pages sont d’une beauté et d’une simplicité très poignante, à nouer la gorge.


Dernière édition par fred le Sam 7 Juin - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nono
Admin
Admin
avatar

Messages : 9498
Date d'inscription : 17/08/2009
Age : 37
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre   Jeu 11 Oct - 21:39

Allez il t'en reste plus beaucoup ! Laughing ;)

_________________
La Roue du temps tourne, les Eres se succèdent, laissant des souvenirs qui deviennent légendes. La légende se fond en mythe, et même le mythe est depuis longtemps oublié quand revient l'Ere qui lui a donné naissance.
(Robert Jordan)

La vie est une roue, son seul boulot c'est de tourner, et elle revient toujours à son point de départ.
(Stephen King)
Revenir en haut Aller en bas
http://marquetapage.one-forum.net
fred
Myron Bolitar
Myron Bolitar
avatar

Messages : 1394
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre   Jeu 11 Oct - 23:57

Bah ensuite il me restera encore sa pièce de théâtre L'Eglise, de 1926, que je dois encore me procurer, et puis deux trois autres livres, mais qui ne sont pas des romans. Et puis la bio, les lettres... Mais son oeuvre romanesque, oui, je la boucle ce mois-ci. C'était le gros objectif de 2012 niveau lecture, pour moi. Je me demande juste comment je vais aborder la littérature après une telle oeuvre. J'en rêve même la nuit ! Sleep Des fois je me réveille avec des idées et des phrases incroyables, que j'oublies aussitôt une fois complètement sorti du sommeil ! L'année dernière, je ne comprenais pas pourquoi on appelait Céline le plus grand écrivain français du XXe siècle, bah maintenant si. Le retour au banal "Lorsqu'il rentra chez lui, il mit à réchauffer une tasse de café au micro-ondes et en profita pour écouter les messages sur son répondeur." va faire très mal ! ah ah ah !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Ferdinand CÉLINE - D'un château l'autre
» Louis-Ferdinand CÉLINE - L'Église
» Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...
» CÉLINE Louis-Ferdinand
» Louis-Ferdinand CÉLINE - Casse-pipe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marque ta page ! :: La Bibliothèque :: Auteurs francophones :: C-
Sauter vers: