AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fred
Myron Bolitar
Myron Bolitar
avatar

Messages : 1394
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix   Lun 27 Fév - 14:42


1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d'une chronique familiale. Une fresque sociale où l'aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l'ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.
1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l'intrigue psychologique, prend une dimension d'épopée historique et se change en récit d'une époque. La "Guerre" selon Tolstoï, c'est celle menée contre Napoléon par l'armée d'Alexandre, c'est la bataille d'Austerlitz, l'invasion de la Russie, l'incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.
Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d'une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l'inéluctable marche de l'Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.


Mon avis : Ça va être difficile de lire mieux cette année, je crois. Très difficile. Ce roman, dont l'architecture est phénoménale, est une leçon de littérature, de philosophie, d'histoire et d'humanisme. Il est de ces livres dont je crois qu'ils influent sur votre vie et votre pensée, vous élèvent. Une fresque aux mille détails, remplie de parfums et de couleurs, de tourments, d'amour et d'amitié, une fresque composée de fracas, de sang, de beauté, de grands sentiments et de grands espaces, de guerre et de paix... il y aurait tant de choses à dire ! Allez décrire ce que vous ressentez, ce que vous comprenez et ce que vous retenez en regardant une peinture de Courbet ! Eh bien là c'est pareil ! Il y a des pages qu'on éprouve ! Comme lors de ces moments, dans le roman, où au milieu de jolies collines verdoyantes, dans le silence, le calme et la rosée de l'aube, les armées avancent dans la brume, au milieu des senteurs matinales, le cliquetis des éperons raisonnent, puis à quelque distance, un BOUM soudain éclate, suivi d'un panache de fumée grise s'élevant paresseusement dans le lointain, au dessus de la brume dans laquelle on distingue des taches noires, les soldats de la Grande Armée, puis un autre BOUM, et encore un autre, et deux petits panaches de fumée s'élevant de nouveau au loin, et alors une nouvelle bataille commence, les BOUM éclatent et se succèdent dans un grondement épouvantable ; tandis que le soleil se lève et fait resplendir la nature, les boulets sifflent au dessus des têtes, et vous avez ces images de brutalité humaine, de peur, de bruit, qui, sous la beauté de la nature environnante, paisible, et sous le vaste ciel bleu nuageux, vers lequel s’élèvent la fumée et les cris, deviennent absurdes, inutiles, incompréhensibles. Et tout ça vous éclate au visage, au cœur, et vous ne comprenez pas, et les personnages non plus, qui se croyant pourtant forts et sûrs d‘eux-mêmes, mais jeunes, se demandent, au moment de frapper l‘ennemi avec le sabre, ce qu‘ils sont en train de commettre comme erreur : « Qu’est-ce que ce jeune homme, ce soldat, qui comme moi aime la vie et dont le retour est attendu par sa famille et les gens qui l’aiment, m’a fait ? Il a peur, il croit que je vais le tuer, il lève les bras en fermant les yeux, s’attendant à recevoir le coup qui le tuera ! » Ça ne se lit pas, ça ! ça se vit !
Hier soir, quand je l’ai fini, après toute une journée de lecture, je me suis senti groggy et je suis resté longtemps méditatif. Difficile de se vider l’esprit après une telle lecture ! les personnages et les évènements, historiques ou fictifs, vous rattrapent. Tolstoï vous rattrape. Je crois que le plus dur pour moi (à la fin j‘étais vraiment épuisé mentalement, avec le sentiment de m'être donné à fond) a été la deuxième partie de l'épilogue, avec les considérations de l'auteur sur l'histoire, les historiens, les grands hommes, la nature du pouvoir et la liberté humaine ; cela m'a définitivement pulvérisé les méninges. K.O. Ding ! En gros, je me sens comme un lieu dévasté après le passage d'un cyclone.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina
Eragon
Eragon
avatar

Messages : 1752
Date d'inscription : 13/11/2010
Age : 40
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix   Mar 28 Fév - 15:33

Bravo pour ta chronique, en la lisant ça m'a donné des frissons et vraiment ça donne envie de s'attaquer à cette légende de la littérature!
Revenir en haut Aller en bas
fred
Myron Bolitar
Myron Bolitar
avatar

Messages : 1394
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix   Mer 29 Fév - 0:06

Merci Jaina. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine
Roland
Roland
avatar

Messages : 889
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix   Sam 3 Mar - 17:33

Ah... C'est toujours un régal de lire les critiques de Fred ! Mais je pense qu'il vaut mieux que je mûrisse un peu pour lire ce genre d’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix   

Revenir en haut Aller en bas
 
Léon TOLSTOÏ - La guerre et la paix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï
» [Tolstoï, Léon] La guerre et la paix
» La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï
» PRIÈRE POUR LA PAIX DANS NOTRE MONDE FATIGUÉ DE LA GUERRE
» Léon Tolstoï, Guerre et Paix.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marque ta page ! :: La Bibliothèque :: Romans historiques, légendaires ou mythologiques :: T-
Sauter vers: